Chez Goldcorp, nous nous engageons à gérer notre impact sur l’environnement. Après la fermeture d’une mine, notre objectif est de laisser aux générations actuelles et futures un héritage durable dont nous pouvons être fiers. La mine Marlin de Goldcorp, la première mine d’or à grande échelle du Guatemala, a fermé ses portes en 2017 et s’est transformée en une zone remise en état et reboisée d’intérêt pour la biodiversité et la recherche.

Pour cette mine, l’un des principaux engagements environnementaux formulés dans l’évaluation environnementale (EE), processus ayant pour objet de prévoir les effets environnementaux d’un projet proposé, consistait à régénérer 190 hectares de forêt avant sa fermeture afin de compenser les 60 hectares devant être touchés par la construction et l’exploitation de la mine.

Pour respecter cet engagement, l’équipe responsable de l’environnement a cherché sur le site minier un emplacement qui, une fois renouvelé, aurait des répercussions positives importantes. L’emplacement choisi était une zone de recharge hydrique; son renouvellement assurerait ainsi la protection de l’eau, et par le fait même, la reproduction de la faune et de la flore.

En 2016, 632 hectares de forêt de pins avaient été régénérés. Cela correspond à plus du triple des 190 hectares prévus dans l’EE et à une superficie 10 fois supérieure à ce qu’il restait de forêt avant la construction de la mine.

Le programme de régénération forestière reposait sur diverses mesures. Pour ce qui est de la reforestation, sept espèces d’arbres endémiques ont été choisies afin d’être cultivées. Un million d’arbres ont été plantés et donnés aux collectivités locales. L’EE avait également déterminé la présence d’espèces protégées dans les forêts entourant la mine Marlin. L’une d’elles était les épiphytes, communément appelés « plantes d’air », qui poussent sur la surface d’une plante et tirent de l’humidité et des nutriments de l’air, de la pluie et de l’eau. Des spécimens de cette plante ont été sauvés et reproduits à Marlin avant d’être réintroduits dans la forêt. Le même principe a été appliqué pour des animaux comme les reptiles et les mammifères.

Un inventaire de la biodiversité a été entrepris en 2010 dans le but d’identifier la population et le type de faune présents dans la forêt. Il recense notamment les insectes, les reptiles, les mammifères, les oiseaux et les poissons. Un module d’observation de la faune a été intégré à Enablon (logiciel de rapports interne) afin que nous puissions prendre note de toutes les fois où un employé attrapait un animal. Ce module permet de générer des statistiques et d’inclure des preuves photographiques.

En 2004, un programme communautaire de reforestation a été lancé au Guatemala en collaboration avec l’Instituto Nacional de Bosques (INAB) afin d’encourager la population à planter des arbres. Dans le cadre de ce programme, des familles ont reçu des arbres afin de les planter sur leur terrain. Chaque mois, Goldcorp versait un paiement aux familles qui, selon l’INAB, prenaient soin de ces plantes. Au total, 133 familles ont adhéré au programme, et plus de 114 000 dollars leur ont été versés.

Une formation a été dispensée aux résidents afin de les aider à comprendre l’importance de préserver la forêt ainsi que les animaux et les plantes qu’elle abrite. Les résidents ont appris à noter leurs observations et à sauver des animaux blessés, ainsi qu’à protéger les animaux en voie d’extinction au moyen de procédures appropriées.

Grâce à ces nouvelles zones protégées, de nombreux animaux sont retournés vivre dans cette région et se reproduisent sainement. Ce phénomène a été documenté dans trois livres. L’un des livres, intitulé « Guía de Flora y Fauna Silvestre de Mina Marlin y sus alrededores » (Guide de la flore et de la faune des forêts de la mine Marlin et des environs), contient des photos et des descriptions courtes des diverses espèces présentes dans la forêt régénérée. Il a été présenté aux universités et aux institutions en 2016 à la fois comme outil scientifique montrant l’importance de préserver la forêt et comme démonstration de notre engagement en faveur de l’environnement et de l’éducation.

Marlin est devenu un lieu privilégié pour l’observation des oiseaux. Plus de 185 espèces y ont été recensées en 2018, ce qui constitue une augmentation considérable par rapport aux 80 espèces observées en 2010. Depuis 2016, Marlin a mis en place un programme d’observation des oiseaux à l’aide de la plateforme ebird.org du laboratoire d’ornithologie de l’Université Cornell. Cette plateforme tient des statistiques et compare les tendances de migration et de reproduction des oiseaux. Elle a ainsi donné lieu à deux publications : « Aves Silvestres Mina Marlin, Guía Ilustrada » (Oiseaux des forêts de la mine Marlin : guide illustré) et « Aves Silvestres Mina Marlin, Catálogo Fotográfico » (Oiseaux des forêts de la mine Marlin : catalogue de photos). Ces deux livres contiennent des renseignements techniques sur les espèces d’oiseaux recensées à Marlin, ainsi que des photographies prises sur le site.

En 2016, le Conseil national des zones protégées (CONAP) a remis un diplôme honorifique de recherche biologique à la mine Marlin. C’était la première fois que ce type de diplôme était remis à une organisation industrielle du secteur privé. Par la remise de ce diplôme, le CONAP a reconnu les efforts de la mine de Marlin pour préserver la biodiversité dans la région et lutter contre les effets des changements climatiques.

Ce programme a eu de nombreux bénéfices, notamment la réduction de l’érosion, la préservation des espèces ainsi que la protection de la qualité de l’eau et de l’air. Par notre engagement envers la recherche, l’éducation, la gouvernance environnementale et la fermeture responsable de mines, la régénération forestière autour de la mine Marlin est l’un des plus beaux héritages que Goldcorp laissera au Guatemala.

Pour en savoir plus sur les engagements de Goldcorp envers l’environnement avant, pendant et après l’exploitation d’une mine, consultez notre « 2017 Sustainability Report » (rapport 2017 sur le développement durable).

S’inscrire

S’inscrire pour recevoir les mises à jour du blogue