Chez Goldcorp, l’une de nos valeurs essentielles est de respecter toutes nos parties prenantes, et cela se traduit par la construction de partenariats, l’esprit d’équipe et l’équité pour tous les individus. Dans le cadre de la Journée nationale des Autochtones au Canada, voici Thomas Mark qui est le parfait exemple de notre valeur de respecter les autres et qui fait tout ce qui est en son pouvoir pour garantir l’essor des relations culturelles et communautaires entre Goldcorp et les intervenants autochtones locaux.

Depuis cinq ans, Thomas Mark joue le rôle d’intermédiaire culturel entre la mine Goldcorp Éléonore et la nation crie de Wemindji au Québec. Thomas est devenu cette année l’un des deux nouveaux « champions de la communauté » à l’intérieur d’une nouvelle catégorie des Prix mondiaux d’excellence honorant des personnes inspirantes, profondément engagées dans la communauté.

Faisant partie depuis sa naissance de la nation crie de Wemindji, Thomas est à la fois un défenseur passionné de l’action communautaire, un moteur de développement des capacités et un modèle inspirant pour les jeunes cris. Il œuvre sans relâche pour le renforcement des liens entre Goldcorp et la nation crie.

Thomas est entré dans l’équipe de la mine Éléonore à titre d’agent communautaire en 2012, après la signature d’une convention de collaboration liant Goldcorp, la nation crie de Wemindji, le Grand conseil des Cris (Eeyou Istchee) et le gouvernement de la nation crie. Depuis son arrivée chez Goldcorp, Thomas s’est fait un devoir d’informer et écouter les Cris afin que le développement minier de la région soit conforme aux valeurs de la communauté, cherchant toujours à construire des ponts entre les différents groupes et partenaires.

Thomas croit fermement que l’embauche de jeunes autochtones représente une solution avantageuse pour faciliter la relève des travailleurs qualifiés dans l’industrie minière. Afin de faire connaître cette opportunité, il organise des visites de la mine Éléonore pour les étudiants d’écoles secondaires de différentes communautés cries, leur faisant connaître les programmes d’études conduisant à des emplois dans la mine, tout en encourageant les jeunes à poursuivre leurs études. Pour aider les jeunes à comprendre le rôle d’une bonne éducation, Thomas participe activement à l’organisation de foires d’emplois sur le territoire cri. 

Il a aussi créé des partenariats durables et novateurs avec les services de développement de ressources humaines chez les Cris, ainsi qu’avec les conseils scolaires, afin de créer des programmes de formation adaptés aux besoins des étudiants et de la mine Éléonore. L’une de ses plus belles réussites est sans conteste le programme d’emplois d’été de la mine, dans le cadre duquel Thomas est un infatigable agent motivateur auprès des jeunes diplômés et des moins jeunes, les aidant à se positionner pour obtenir des stages ou des emplois d’été. Extraordinairement persévérant, il frappe aux portes des différents services de la mine Éléonore, afin de présenter de nouveaux diplômés aux chefs de service.  C’est ainsi que six diplômés d’un programme de soudure ont été intégrés aux activités de la mine, et que deux étudiants en gestion d’entrepôt ont obtenu un stage chez l’un des principaux entrepreneurs du site Éléonore.

« Thomas est très dévoué à la cause des jeunes », fait remarquer le chef Dennis Georgekish de la nation crie de Wemindji. « Pour lui, le développement des capacités des jeunes de la nouvelle génération est extrêmement important. »

L’action de Thomas en faveur des jeunes cris ne passe pas inaperçue dans la communauté de Wemindji. Il a été nommé représentant de la communauté au conseil d’administration de l’Institut de formation Mâyâupiu, lequel offre des programmes de formation professionnelle à tous les Cris de la région.

Fils et frère de chefs, il est conscient de l’importance de protéger la langue, la culture et les traditions de la nation crie. C’est dans cet esprit que Thomas siège au conseil d’administration de la radio communautaire Wemindji, une station de radio en langue crie diffusant ses émissions sur tout le territoire traditionnel de la nation crie. Il est régulièrement interviewé sur divers sujets importants comme l’emploi et la formation dans la mine, les enjeux environnementaux et les histoires de chasse prisées des anciens du village.

S’exprimant couramment en cri et en anglais, Thomas joue souvent des rôles d’animateur et « d’interprète culturel » auprès de représentants de la mine et de la communauté de Wemindji. Il a un talent incroyable pour expliquer à tous, autochtones et non autochtones, les subtilités culturelles favorisant une meilleure compréhension mutuelle entre les peuples. 

Il participe régulièrement aux activités traditionnelles dans les camps des familles cries affectées par les opérations minières, les tenant informées des nouveautés à la mine et répondant à leurs préoccupations sur les effets potentiels des opérations minières.

« L’action de Thomas Mark auprès des jeunes, des employés, de l’entreprise et de la nation crie a des effets positifs durables sur tous », déclare Martin Duclos, directeur du développement durable, des affaires environnementales et de la RSE au sein de la mine Éléonore.  « C’est un véritable leader ayant la confiance et le courage de nous enseigner chaque jour les subtilités de la culture crie afin de préserver l’excellente relation existant entre Goldcorp et les communautés cries. »

S’inscrire

S’inscrire pour recevoir les mises à jour du blogue