En Amérique du Nord, qui dit septembre dit rentrée pour la plupart des étudiants. Chez Goldcorp, nous croyons que l’éducation est l’une des meilleures façons de créer des bienfaits positifs à long terme dans les collectivités où nous vivons et travaillons. Dans ce troisième article faisant partie d’une série d’histoires concernant nos récentes initiatives d’éducation, nous soulignons le succès de jeunes autochtones ayant acquis des compétences nécessaires pour se surpasser.

Le 30 juillet 2015 fut une journée de grande fierté pour les jeunes des premières nations, les parents et les familles du nord de l’Ontario, près de la mine Musselwhite. Lors d’une cérémonie organisée par Goldcorp, les finissants de la première promotion du programme de formation métiers miniers et spécialisés Aboriginal Mining and Skilled Trades Entry Project (AMSTEP) ont reçu leur certifications ainsi que des félicitations.

AMSTEP est un partenariat entre l’institut de formation initiale ou permanente Oshki Pimache-O-Win (OSHKI) et Goldcorp qui vise le développement des compétences professionnelles de la jeunesse autochtone des communautés signataires de l’entente de Musselwhite, un accord regroupant quatre Premières Nations et deux conseils de Première Nation ayant pour but d’encourager le développement économique durable, la création d’emplois, l’esprit d’entreprise et la gérance de l’environnement. Goldcorp a conclu des accords semblables pour tous ses sites d’opérations canadiens.

Treize participants membres des Premières Nations du lac Caribou Nord et du lac Wunnummin ont complété le programme intensif de cinq mois et 800 heures de formation et d’expérience de travail pour obtenir une accréditation reconnue par l’industrie. C’est le premier programme de ce genre à être mené sur un site minier actif, il a permis aux étudiants de vivre une situation d’immersion exceptionnelle et d’assister aux opérations de surface et souterraines.

« Leur formation sur le site est bien plus profitable que si elle avait lieu en ville ou dans une communauté », a affirmé Bill Gascon, le directeur général de la mine Musselwhite. « Cela leur permet de constater en quoi consiste le travail, de se mêler aux employés qui travaillent ici et de leur parler. »

Novateur et fondamental

Ce programme s’attaque à des enjeux essentiels : le choix de carrière et la formation dans les communautés des Premières nations, dont jusqu’à la moitié de la population a moins de 45 ans, et la pénurie de travailleurs qualifiés dans certains secteurs. « Il s’agit d’un programme novateur qui accroît les possibilités offertes à la jeunesse autochtone et permet la création d’une main-d’œuvre locale qui répond aux besoins de l’industrie », a déclaré Rosie Mosquito, directrice générale de l’institut OSHKI.

Gascon constate déjà les effets positifs. « Depuis leur premier jour sur le site, nous avions de grandes attentes vis-à-vis des participants, et ils se sont transformés de façon extraordinaire. Je suis persuadé que ce programme changera la vie de plusieurs d’entre eux. » Le comportement irréprochable des étudiants en matière sécurité et le taux d’obtention de diplôme de 81 pour cent sont tout aussi impressionnants.

Pour Chantal Chikane, ces nouvelles compétences lui permettront d’avoir un plan de carrière et de suivre les traces de sa mère. « Ma mère était chauffeuse de camion, elle travaillait aux opérations souterraines », a dit Chikane, qui encourage ses pairs à profiter du programme. « Faites-le! C’est la chance d’une vie. »

« Un second programme AMSTEP conçu pour les jeunes des communautés du lac Cat et du lac Kingfisher Lake est en cours, il sera fondé l’impact positif suivant», a affirmé Isadore Day, chef régional de l’Ontario. « La présence de membres des Premières Nations dans l’industrie du nord de la province est une des principales solutions à la pauvreté, aux pénuries de main-d’œuvre dans les métiers, et elle permettra de bâtir des communautés plus fortes et plus dynamiques. »

Pour lire les articles concernant les partenariats novateurs de Goldcorp pour la prospérité des Autochtones, parus dans le magazine En Surface, cliquez ici.

 

S’inscrire

S’inscrire pour recevoir les mises à jour du blogue